Nous savons tous que la génération Z (jeunes de 16 à 21 ans) ne regarde pas la télé? Faux ! Lorsqu’il s’agit de sortir, la génération Z aime rester chez elle. D’après les nouvelles recherches, les jeunes d’aujourd’hui préfèrent rester à la maison et regarder la télé / Netflix – plus que la population générale du Royaume-Uni (73 % contre 69 %, Research Now).

Et tandis qu’elle est sous la couette à télécharger la télé sur ses ordinateurs portables et iPads, la génération Z est toujours impressionnée par les médias traditionnels. Elle peut passer moins de temps à regarder la télé traditionnelle en temps réel, mais la génération Z est toujours plus positive à l’égard des formats publicitaires traditionnels tels que les pubs en extérieur, dans la presse et au cinéma, les pubs TV et radio qu’à l’égard des alternatives numériques standard (d’après Kantar Millward Brown).

Se surpasser

La génération Z est donc réceptive à la publicité et attend de l’« advertainment » (publicité divertissante). En fait, c’est une génération toujours plus demandeuse de sa publicité. Elle a grandi dans un monde de choix infinis à la demande, et cela teinte ses attentes. Et il y a des choses particulières qui lui plaisent : la musique, l’humour, un esthétisme au design fort et le soutien d’une célébrité rendent la génération Z plus réceptive à la publicité. Atteindre l’intérêt et l’authenticité est la manière d’obtenir l’attention de la génération Z : utiliser un style et un ton auquel elle peut s’identifier. Mais avoir la recette est seulement la première étape.

Jouer dans son espace

Une manière de plaire à ce public est de jouer dans son espace, ce qui signifie inévitablement être encore plus social. Faire partager votre publicité télévisée est la clé. La génération Z est une très grande utilisatrice des plate-formes sociales, pas seulement en termes de temps qu’elle passe, mais également par le nombre de plate-formes qu’elle visite. Cela va bien au-delà de Facebook et YouTube et comprend Instagram, Twitter et Snapchat.

D’après Kantar Millward Brown, 36 % de la génération Z dans le monde accèdent à Instagram plusieurs fois par jour et 24 % accèdent à Snapchat à la même fréquence. 55 % d’entre eux pensent aussi que la manière idéale pour une marque de les cibler est via les réseaux sociaux, comparé aux seulement 26 % de la population générale du Royaume-Uni (Research Now).

Une bonne pub ne passera pas à la télé sans partages. Mais comment savez-vous si vous avez dans les mains un concept partageable ou qui devrait être abandonné ?

Permettez-les de participer

Par-dessus tout, c’est une génération attirée par des pubs qui lui permettent de cocréer ou voir ce qui arrive lorsqu’elle prend une décision. D’après Kantar Millward Brown, elle est plus positive face aux marques qui la laissent voter pour que quelque chose arrive, choisir une option ou prendre des décisions.

Innovation dans les formats tels que les pubs natives, les « sponsored lenses » et les filtres sponsorisés bénéficient d’une approbation nettement plus importante de la part de la génération Z que des autres groupes d’âges. Nous allons donc au-delà du partage vers une implication véritable, avec une génération Z qui veut cocréer et modeler ses relations avec les marques.

Toucher la génération Z … Est-ce que ça vaut le coup ?

La co-création peut être risquée pour une marque, alors comment vous assurer la réussite avec les publicités télévisées ? Est-ce que votre pub est assez solide pour fonctionner, déclencher des conversations et devenir virale ?

Avec LinkNow for TV, il est maintenant possible de tester la créativité tout au long du processus de développement et de comprendre l’impact des différents scénarios sur le bon public.

L’idée pour gagner le cœur et l’esprit de la génération Z est de créer une implication dans l’espace qu’ils aiment : le social. Mais cela implique de garantir que votre créativité télévisuelle va fonctionner, et que l’idée pour comprendre comment le faire se trouve dans des méthodologies validées telles que LinkNow de ZappiStore.

Daniel Evans

Posté par

Daniel Evans

Loading Disqus Comments ...